[CHRONIQUE VF] L'homme à la tête de vis - Recueil - Vous reprendrez bien un peu de Mignola ? - Comics Prime

Y a pas à dire, chez Delcourt on aime Mike Mignola ! Alors dès qu’il y a quelque chose de ce grand scénariste à se mettre sous la dent, vous pensez bien qu’ils vont nous le sortir. Mais ce recueil vaut-il vraiment le détour, où Delcourt joue-t-il sur l’aspect marketing du scénariste/dessinateur ?

Scénario : Mike Mignola
Dessins : Mike Mignola
Couleurs : Dave Stewart
Éditeur : Delcourt (Dark Horse en VO)
Date de sortie: 10 octobre 2018.
Pagination : 106 pages.
Sollicitation : Des machines volantes en pleine ère victorienne, une créature à la tête mécanique qui peut se visser sur le corps qu’elle souhaite, des marionnettes, des aliens, des sorcières, un mage et un serpent, sans oublier des végétaux géants…
Ces histoires – dont certaines sont entièrement inédites pour cette édition – constituent un véritable petit cabinet de curiosités dédié à l’immense talent de Mike Mignola.
 
 
 

 
 

Une première histoire à prendre au second degré

Si, comme moi, vous ouvrez ces pages en gardant en tête le dernier comic book de Hellboy que vous ayez lu, alors vous serez obligatoirement déçu par la première histoire, dont l’album porte le nom ! En effet, si cette histoire est avant tout une sorte de parodie du monde super-héroïque si cher aux yeux de la grande majorité des lecteurs que nous sommes, rien ne l’indique véritablement ! Pour ma part, ce n’est qu’en lisant la post-face rédigée par Mignola que j’ai enfin compris l’intérêt de l’histoire. Dès lors, si vous souhaitez profiter pleinement de la plupart des récits présents dans ce bouquin, faites les choses dans le désordre : lisez la fin du livre avant le reste !!!

Enfin, bande de petits veinards que nous sommes, Monseigneur Mignola nous en met plein la vue en dessinant ce qu’il aime par dessus tout : l’époque victorienne. Et il n’y a pas à dire, si vous aimez le dessin de ce génie du comics, vous ne serez pas en reste ! Tout est simplement somptueux, très technique et une nouvelle preuve du respect que le « Stan Lee des comics indépendants » a pour ses lecteurs. S’il y a bien un argument qui puisse faire vendre ce livre, c’est bien qu’il soit au dessin (chose devenue rare avec le temps).

Des histoires variées et intéressantes

Comme vous l’aurez sans doute compris, L’homme à la tête de vis, bien qu’occupant la majorité de l’ouvrage, n’est pas la seule histoire. Afin que vous puissiez comprendre de l’intérêt de chacune des histoires (bon je vous le dis une dernière fois : le dessin est hors concours ! Du Mignola, on aime ou on n’aime pas, mais moi je trouve ça sublime !), je vais les critiquer une par une ci-dessous !

La sorcière et son âme

C’est très certainement l’histoire la moins intéressante du bouquin : une sorcière a vendu son âme au diable et vient le moment de mourir. Ses deux petits protégés, deux créatures aux airs diaboliques qu’elle a créées de toutes pièces, risquent d’être elles-aussi emportées par Satan ! Vient l’heure du choix : vendre elles-aussi leur âme au diable pour vivre ou partir vers les enfers ?
En gros, je viens presque de vous raconter cette histoire, un peu vide d’intérêt vu le faible nombre de pages qu’elle contient !

Abu Gung et la tige de haricot

Cette histoire va sans doute vous évoquer celle de Jack et le haricot magique ! Enfin…à la sauce mignolesque ! C’est à dire, avec un soupçon d’épouvante et beaucoup de talent ! Car qu’on se le dise franchement, c’est l’histoire que j’ai préférée dans ce recueil !
Sachez cependant que la comparaison entre les deux récits s’arrête là. Il n’y aura ni de Jack, ni de vache à échanger et encore moins la gentille femme du géant. Si vous le désirez, je vous donne EXCEPTIONNELLEMENT le droit d’aller lire cette histoire avant de lire la fin de l’article.

Le prisonnier de Mars

Encore une très chouette histoire, pleine de démence, d’horreur et de créatures mystérieuses. Il faut bien avouer qu’en tant que digne héritier de HP Lovecraft, Mignola sait y faire avec le mysticisme et l’épouvante. Dans cette histoire, retrouvez meurtres, esprits, martiens, intelligence artificielle et réincarnation ! Vous en dire plus serait vous gâcher le plaisir, alors faites une seconde pause avant de poursuivre l’article et lisez !

Le magicien et le serpent

C’est ici un duo qui écrit l’histoire : Mike Mignola et sa fille Katie, alors âgée de 7 ans. Mike s’est ici improvisé dénicheur de talent, un peu comme le font TF1 et leur télécrochet « The Voice » : il a mis sur papier une histoire que sa fille a inventée comptant une grande amitié entre un serpent et un magicien (je vous laisse imaginer ce qu’il aurait dessiné s’il y avait eu plus que de l’amitié entre ces deux-là !!!). Si l’histoire en elle-même n’a rien d’un Eisner Awards, elle a le mérite d’apporter un peu de l’innocence d’un enfant et un peu de philosophie dans une société qui a tendance à oublier le sens des priorités.

Dans la chapelle des curiosités

Je vais ici me contenter de vous retaper ce qu’en a écrit Mike Mignola, cela étant le réel et seul intérêt du récit :

Elle n’a rien d’une histoire. J’ai juste eu le sentiment que c’était le genre de chose qu’il fallait pour conclure ce livre, disons, pour lier les éléments entre eux d’une manière que j’aurais du mal à expliquer. Un peu comme un petit chapeau pour une tête qui aurait une drôle de forme. Et c’est à peu près tout ce que j’ai à en dire.

[CHRONIQUE VF] L'homme à la tête de vis - Recueil - Vous reprendrez bien un peu de Mignola ?
Cet ouvrage est strictement réservé aux fervents admirateurs de Mignola qui sont assez complétistes. Si certaines de ces histoires ont été récompensées de plusieurs prix, il faut avouer que ça n'a pas la même valeur que son travail sur Hellboy ou sur Batman. Vous aimez Mignola ? Foncez. Mais si vous souhaitez découvrir son univers, ne commencez surtout pas par ce livre, car vous risqueriez de ne pas prendre le plis.
Scénario
Dessins
Ce qu'on a aimé
  • Mignola au dessin
  • Quelques pépites parmi ces histoires
  • Sa collaboration avec Katie
Ce qu'on a moins aimé
  • L'histoire principale un peu déroutante
  • Quelques récits sans grand intérêt
3.8Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer