[CHRONIQUE VF] Kill or be killed, tome 3. - Comics Prime

Troisième (et pénultième) tome de Kill or be killed du trio Brubaker/Philips/Breitweiser.

Scénario : Ed Brubaker.
Dessins : Sean Phillips.
Couleurs : Elizabeth Breitweiser.
Éditeur : Delcourt.
Date de sortie: 17 octobre 2018.
Pagination : 168 pages.
Sollicitation : Après une tentative ratée de suicide, Dylan est approché par un démon qui lui propose un marché. Il doit assassiner au moins un salopard par mois afin de gagner le droit de survivre. Après avoir frôlé la catastrophe depuis que la police de New York est sur son dos, les choses semblent aller mieux pour Dylan. Il prend visiblement les médicaments qu’il faut et le démon ne le tourmente plus.

Brubaker et Phillips tapent de plus en plus fort avec ce 3e tome de leur tétralogie ! Notre justicier s’enfonce toujours un peu plus dans les ténèbres, tandis que les forces de police de New York commencent à réaliser qu’un type masqué s’en prend aux salopards de la ville.

Résumé des épisodes précédents

Ceci est le troisième opus et les rebondissements sont relativement nombreux. Si vous n’avez pas encore lu les deux premiers tomes et que vous souhaitez vous y mettre, passez votre chemin car votre découverte pourrait en pâtir… Si cette mise en garde vous en touche une sans faire bouger l’autre, je vous invite à relire l’avis de Twhip sur le premier et celui de votre serviteur pour le deuxième.

Néanmoins, je commence à vous connaître et sais donc que vous n’avez pas cliqué sur les liens susmentionnés (soupir). Voici donc un rapide récapitulatif : Dylan, un étudiant dépressif, a tenté de se suicider ; un démon le sauve et le somme de tuer une personne qui le mérite sur base mensuelle afin qu’il s’acquitte de sa dette. Notre joyeux drille part donc en chasse et écrème gentiment les crapules new yorkaises. Evidemment, au hasard de ses meurtres, il attire l’attention d’une unité spéciale de la police ainsi que le courroux de la mafia russe. Parallèlement à cela, il découvre que son père, un artiste auteur de porno SF suicidé quand Dylan n’était encore qu’un enfant, avait dessiné le démon en question à plusieurs reprises…

Kill and not be killed

Dylan va mieux. D’ailleurs, il a recommencé à prendre ses médicaments. Avoir vu des représentations de son démon dans les œuvres de son père lui a fait prendre conscience qu’il ne risquait rien s’il ne faisait pas son offrande mensuelle. Il revoit même Kira et s’apprête à la rejoindre pour une soirée d’Halloween lorsqu’il entend un homme à l’accent russe faire des recherches à leur sujet. Tel un preux chevalier, Dylan plantera gentiment le margoulin (pour que Kira ne soit pas mêlée à cette sombre histoire) et se mettra en quête de démonter la mafia russe qui s’approche de plus en plus de lui ; et il compte le faire seul, évidemment. En même temps, Dylan apprend qu’il a eu un demi-frère (issu d’une précédente union de son père) ; or ce dernier s’est également suicidé.

Comme dans les précédents volumes, Dylan nous narre les faits a posteriori et nous gratifie, une fois de plus, de détails qu’il ignorait lorsque les événements se sont déroulés. La meilleure des preuves étant que les premières planches comportent les mêmes cases que celles du premier opus. #mindBlow

Wake up

Les premier et deuxième tomes étaient déjà excellents et la montée en puissance de la narration était plus que palpable. On ne sait toujours pas (exactement) dans quelle direction nous emmènera Brubaker pour le quatrième volume mais je peux vous dire que je fais des petits bonds en l’attendant tellement ce tome-ci élève (encore plus) le niveau.

Vous l’aurez compris, l’alchimie du trio Brubaker / Philips / Breitweiser (ceux de Fondu au Noir, faut-il encore le rappeler ?) fonctionne à merveille (euphémisme). Ce tome est visuellement plus trash que les précédents, la morale est de plus en plus douteuse et, bien que les mêmes ficelles soient resservies, on est encore étonné par les (dé)tours que prend l’histoire.

Bref, du très très lourd que je recommande chaudement. Voire plus.

 

[CHRONIQUE VF] Kill or be killed, tome 3.
Troisième tome et la tension continue de monter. In fine, le personnage de Dylan est nettement plus complexe qu'il n'y paraît et, personnellement, j'attends le dernier tome avec impatience.
Dessins
Scénario
Couleurs
Ce qu'on a aimé
  • Le trio Brubaker / Phillips / Breitweiser
  • Le personnage principal nettement plus complexe qu'il n'y paraît
Ce qu'on a moins aimé
  • On veut le dernier tome !
4.5Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer