[CHRONIQUE VF] Fables - The wolf among us, tome 1. - Comics Prime

Un comics inspiré d’un jeu qui faisait office de prequel à un comics. Avec du Grand Méchant Loup dedans. Mais pas que.

Scénario : Matthew Sturges, Dave Justus.
Dessins : Steve Sadowski, Travis Moore, Eric Nguyen, Christopher Mitten, Shawn McManus, Andrew Pepoy.
Couleurs : Lee Loughridge.
Éditeur : Urban Comics.
Collection : Urban Games.
Date de sortie: 6 juillet 2018.
Pagination : 232 pages.
Sollicitation : Soumis à des lois strictes et à la nécessité de passer inaperçus, les Fables ont désigné Bigby Wolf pour faire office de shérif et faire régner l’ordre. Et lorsqu’une jeune femme, autrefois princesse, se fait décapiter, Bigby est obligé de faire appel à la bête qui est en lui pour mener l’enquête. Cependant, personne n’a oublié le passé du Grand Méchant Loup, et les habitants de Fableville ont encore bien du mal à lui faire confiance…

 

 

Fables

Les Fables sont parmi nous. Ces personnages issus de contes et légendes populaires ont dû fuir leur monde pour le nôtre. Néanmoins, ils sont tenus de passer inaperçus aux yeux du commun des mortels. Pour garder tout ce beau petit monde sur le droit chemin : un shérif aux relents de vieux détective désabusé ; et ce dernier n’est autre que Bigby Wolf, anciennement le Grand Méchant Loup qui, dans le monde des Fables n’était pas particulièrement connu pour sa sympathie…

Nous retrouvons donc Mr. Crapaud (et son automobile), le Chasseur (qui sauve le Petit Chaperon Rouge du Grand Méchant Loup), la Belle, la Bête, Blanche-Neige, Peau-d’Âne et ainsi de suite. Les mieux nantis habitent Fableville, quartier hype de New-York réservé à l’élite des Fables, les autres sont disséminés dans la ville (quand ils sont présentables) ou dans des camps quand leur apparence est susceptible de heurter la conscience humaine.

 

Big Bad Wolf

Entre meurtres de Fables (la version prostituée et/ou transformée grâce à des sortilèges pour ressembler à des Fables plus connues) et un plus grand dessein, nous suivons l’investigation d’un Grand Méchant Loup en quête d’un repentir (malgré l’absolution accordée en passant dans notre monde). S’y mêlent des flash-backs quant à son arrivée et son quotidien où il accueille régulièrement Colin (un des trois petits cochons devenu alcoolique) sur son canapé…

Bref, les Fables sont confrontés aux mêmes problèmes que nous mais avec une dimension où le désenchantement est encore pire.

Huffin’ ‘n puffin’

Ce premier opus est basé sur le jeu édité par Telltale Games (je cœur) et ledit jeu sert de prequel à la série de comics Fables éditée par DC entre 2003 et 2015 (que je ne connaissais pas du tout (honte à moi)). Le personnage principal (Bigby Wolf, donc) a le panache d’un détective tout droit sorti d’un film noir et la narration fait tout pour renforcer ce sentiment. Nous sommes face à un savant mélange de Grimm (la série télé) et de Once upon a time (la série télé également) mais en nettement plus intelligent. Vous l’aurez compris, je suis complètement tombé sous le charme du scénario de Matthew Sturges et de Dave Justus ; ils ont réussi à transposer des personnages du patrimoine imaginaire commun dans un univers glauque au possible. Et ce, avec brio.

Côté dessins, nous avons un collectif composé de Steve Sadowski, Travis Moore, Eric Nguyen, Christopher Mitten, Shawn McManus et Andrew Pepoy. Et là, par contre, le bas blesse un peu : des planches somptueuses côtoient de sombres croûtes et c’est fort dommage car cet ouvrage aurait mérité une constance dans les traits pour servir au mieux ce scénario au top.

Bref, je suis tombé dedans malgré l’inconsistance des dessins et j’attends la suite. Je pense même me mettre à la série originale et au jeu ad hoc.

 

[CHRONIQUE VF] Fables - The wolf among us, tome 1.
Un scénario qui claque pour des personnages issus de l'imaginaire collectif et malmenés avec brio. Par contre, l'inconstance des dessins ruinent un peu l'effet général (mâme si certains sont tout simplement somptueux).
Dessins
Scénario
Ce qu'on a aimé
  • le Grand Méchant Loup
  • les autres Fables
  • le côté film noir
Ce qu'on a moins aimé
  • l'inconstance du dessin
3.8Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer