[CHRONIQUE VF] Devolution - Comics Prime

Remender arrive enfin avec ce récit post-apo violent et moralisateur. On parlait du projet il y a plusieurs années et après quelques tumultes le voici enfin en français entre nous mimines curieuses. Qu’est ce que ces magnifiques couvertures de Jae Lee cachent en réalité ?


Fiche Technique :
Scénario : Rick Remender.
Dessins : Jonathan Wayshak.
Coloriste : Jordan Boyd.
Style : Aventure, Action, Post-apocalyptique.
Éditeur : Glénat Comics
Date de sortie:  26 Septembre 2018.
Pagination : 176 pages.
Sollicitation : Et si le futur ressemblait à notre passé ?

Dans le futur, suite à l’épidémie d’un mystérieux virus, toutes les créatures sur Terre ont « dévolué », plongeant la planète entière dans une nouvelle Préhistoire. Toute trace de civilisation a disparu, et les cités humaines ne sont plus que des territoires hostiles dominés par néandertaliens à dos de mammouths, tigres à dents de sabre et autres insectes géants anthropophages. Seule une poignée d’êtres humains semble avoir gardé ses capacités intellectuelles. Parmi eux, Raja va se lever pour combattre et trouver un antidote pour faire rentrer son espèce sur les rails d’une nouvelle évolution. Mais avant cela, elle va devoir traverser les terres désolées pour convaincre les dernières poches d’humanité de la rejoindre dans sa quête… et surtout survivre aux brutes nazies qui les contrôlent par la peur !

Redshneck

Remender a fait pas mal parler de lui que ca soit dans le mainstream ou dans l’indé, très prodigue on lui doit, à la volée, des titres comme : Black Science, Seven to Eternity,Tokyo Ghost, Low, Uncanny X-Force, etc… Du coup j’ai pas trop hésité à lâcher mon pti billet pour cet ouvrage. J’en avais entendu parler à l’époque ou Paul Renaud avait balancé des premières planches ultra prometteuses. Un univers post-apo sombre, sans compromis, violent et avec un message écologique classique mais somme toute efficace.
Que demander de plus vous me direz ? Et bien fast-forward en Septembre 2018 avec la sortie en français chez Glénat Comics.

L’humanité a régressé, le récit aussi

L’humanité est foutue un agent mutagène a été propagé et tout le monde à dé-évolué. tout le monde ? Non ! Une poche de résistance de l’humanité existe. Par contre on y trouve pas la crème des vertueux. Luttant pour leur survie, les derniers humains sont des gros crades racistes, intolérants, qui baisent, butent et dorment. Jusqu’au jour ou débarque Raja, elle sait comment retourner la situation et ré-évoluer l’humanité. Sauf que Raja elle doit se taper un bon vieux roadtrip à travers les USA (ça aurait été trop facile) pour San Fransisco ou il existe un remède, et pour cela il lui faut de la chair à canon euuuh pardon des co-équipiers ! Voilà en gros le pitch de départ.
Dans la pratique le récit est d’une platitude triste, les dialogues sont clichés, vulgaires, traduits pour nous faire penser à des culs terreux du genre « crévin’dju la ginette m’en vais t’dire une bonne chose » avec plein d’insultes que la décence m’interdit de vous retranscrire ici, mais putain (oups) c’est relou à lire du coup. Vous devez quasi lire à haute voix pour déchiffre la phonétique des dialogues. C’est inutilement racoleur, la violence est quasi toujours gratuite, avec des planches  de baston où de mecs (et filles) se gueulent dessus flingue à la main. On passe d’un stéréotype à un autre sans jamais aucun trait de génie qui caractérise les histoires de Remender habituellement… Jusqu’à la fin où on vous balance la morale de l’histoire. Je ne divulgâcherai ( j’adore ce néologisme de la francisation de « spoil ») pas grand chose en vous disant qu’une bonne dose de « l’Homme a pollué et c’est bien fait pour sa gueule » vous attend rapidement, en reprenant même honteusement la parabole du crapaud et du scorpion avec ici un fermier et un serpent (ça fait sans doute plus redneck).

Et du coup ça donne quoi le remplaçant de Paul Renaud ?

Et ben c’est ultra inégal (vous le verrez avec les illus de cet article). Des beaux paysages, de superbes monstres, certains persos réussi mais parfois difformes. C’est très moyen sur la mise en scène, avec une narration épileptique dans lesquelles on passe d’un dialogue à une scène de baston démesurée, accentué par des persos qui sur-réagissent tout le temps, comme si tout le monde était vénère en permanence. Jae lee et son épouse font le taff sur les couvertures et merci bien.

 

[CHRONIQUE VF] Devolution
Vous vous infligez un récit anxiogène avec des gens qui sur-réagissent à tout ce qui se passe. Un scénar qui tient sur un ticket de métro qui finit par une morale bien écrite mais bateau. Une colo qui sauve des dessins ultra inégaux avec parfois des visages imprécis et déformés au point de ne pas les reconnaître. Une violence gratuite inutile, des dialogues de cul-terreux pénibles à lire (à tel point que j'ai envie de feuilleter la VO pour voir ce que la VF à gâché) Ne perdez pas votre temps sur ce Comics. Le reste de l'oeuvre de Remender vaut bien mieux que ça !
Dessins
Scénario
Coloriste
Ce qu'on a aimé.
  • La colorisation.
  • Le fond du thème (et les dernières pages).
  • (Ça se trouve c'est bien en VO mais on le saura jamais !)
Ce qu'on a moins aimé
  • Vulgarité gratuite
  • Violence gratuite
  • L'interprétation VF des accents.
2.4Vulgaire et Gratos
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer