[CHRONIQUE VF] Black Hammer présente : Sherlock Frankenstein et la ligue du mal - Comics Prime

Premier spin-off tiré de l’univers de Black Hammer qui est au passage mon coup de coeur de 2017. Que vaut donc ce « one shot » dédié au grand méchant de l’univers crée par Jeff Lemire ? Enquête !

Scénario : Jeff Lemire
Dessins : David Rubin
Couleurs : David Rubin
Éditeur : Urban comics
Date de sortie: 21 septembre 2018.
Pagination : 144 pages.
Sollicitation : Lucy Weber, la fille du célèbre justicier Black Hammer, a bien grandi. Elle est désormais journaliste d’investigation et tente par tous les moyens de comprendre ce qui a pu arriver aux super-héros de Spiral City après leur affrontement contre l’Anti-Dieu. Tous les indices qu’elle a jusqu’ici pu recueillir semblent converger vers l’asile de la ville et ses dangereux locataires, parmi lesquels se trouvent certains des plus grands ennemis de son père… Lui permettront-ils de faire enfin la lumière sur son inexplicable disparition ?
 
 
 
 

Elémentaire mon cher Twhip !

Eisner award 2017 de la meilleure Nouvelle Série, Black Hammer est bizarrement mon coco préféré de l’année passée. L’article qui a déclenché la hype et l’achat est ICI. Oui, mon poto Chaz en très peu de mots m’avait mis l’eau à la bouche. Je ne ferai pas de résumé, il y a deux tomes de sortis et c’est excellentissime !

Concentrons nous sur cette histoire à part…mais pas de beaucoup. Lucy Weber, la fille de Black Hammer (bin ouais c’est écrit dans la sollicitation), en pleine adulescence n’accepte pas la disparition de son père. Son équipe et lui n’ont pas pu mourir. Elle le sent au plus profond d’elle-même. Elle décide donc d’enquêter, vu que comme de par hasard, elle vient de faire des études de journalisme. En plein questionnement, elle se fait aborder par un ancien collègue/ami de son père, Docteur Star.
Ce dernier lui remet une adresse ainsi qu’une clé que Black Hammer lui avait laissé. A remettre lorsque Lucy serait en âge d’y faire face. Lucy y fonce et y découvre le Hammer Hall ( la batcave de son pôpa ). A la Jor-El, Black Hammer apparaît et fait son speech émouvant. Il demande donc à sa fille de détruire cette base et de tout bonnement oublier l’alter-ego héroïque de son père. Bon, comme elle sent qu’il n’est pas mort, elle chope une liste des plus grands méchants pour pouvoir aller les interroger ! Courageuse la petite.

Lemire ce génie !

Et là vous me dites, c’est qui ce Sherlock Frankenstein !? Logique, c’est un peu le titre de la BD mon cher Watson ! (cette formule sera très bientôt réutilisée par votre serviteur dans un article prochain). De fait, notre candide Lucy va se mettre à la recherche de la némésis de son padrè. Mais bon ce ne sera pas si simple. D’autres vilains devront distiller les indices durant ces 5 issues qui compose ce tome. Oui, c’est là que le génie de Lemire commence.
Grâce au comic Black Hammer nous connaissons déjà l’équipe des « gentils » avec Golden Gail, Abraham Slam, le colonel Weird et Madame Dragonfly. Mais comme ils ne sont plus à Spiral City,  nous ne connaissions que très peu l’équipe des « méchants ». En tant qu’enquêteurs hors pair que vous êtes, vous aurez remarqué les guillemets. Rien n’est manichéen avec Jeff Lemire. Au fil des pages, on en apprend plus sur ceux qui ont croisés la route de Black Hammer comme Métal Minotaur ou Cthu-lou (mon préféré) et c’est là que le scénar est juste monstrueux. Que ce soit ici ou dans la série principale, les références (quelles soient grosses comme un immeuble ou plus subtiles) à Marvel, DC et à la littérature en général, sont géniales ! Même si certains pourraient dire que cette histoire est cousu de fil blanc et qu’une suite est simplement obligatoire, le bébé de Lemire qui a mûri déjà dix ans est pour moi, ultra frais.
Par contre ou le bas blesse (rien n’est jamais parfait), c’est le dessin. Malheureusement, les planches de David Rubin (Ether sorti il n’y a pas longtemps non plus) ne sont pas folles. Le dessin colle à l’ambiance, la couleur flashy-terne aussi. Les compositions de pages sont clairement ouf, mais les visages des persos….ouille. Tantôt des yeux géants, tantôt juste un point noir….ça pique.

En résumé…

Black Hammer est franchement à lire ! Une fois que vous êtes dedans ce tome sur Sherlock Frankenstein devient une évidence. Même si il reste simple dans sa construction, l’univers Hammerien s’agrandit et se peaufine. Attention aux dessins a ne pas mettre entre toutes les mains ! Vite le tome 3 !!!

[CHRONIQUE VF] Black Hammer présente : Sherlock Frankenstein et la ligue du mal
Spin-off qui ouvre les portes un peu plus grandes du monde de Black Hammer. Foncez d'abord sur la série principale si ce n'est pas encore fait !
Scénario
Dessins
Couleurs
Ce que l'on a aimé
  • Découverte des méchants.
  • Ambiance et couleurs uniques.
  • Bonus assez cool.
Ce que l'on a moins aimé.
  • Dessins très spéciaux.
3.5Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer