[CHRONIQUE VF] BAD ASS - Kitty Kitty Kill Kill - Comics Prime

Le retour du héros le plus Bad Ass de l’univers. Enfin, le retour dans le passé par rapport à ce qui est sorti avant, mais qui en fait se passe après, enfin plus ou moins… Ouais, bon, on retrouve donc Dead End et Amadeus Kitty pour du lourd !

Scénario : HANNA Herik.
Dessins : MOTTELER Julien.
Couleurs : MOTTELER Julien
Éditeur : Delcourt.
Date de sortie: 16 Mai 2018.
Collection : Contrebande
Sollicitation :

Alors qu’elle tente de dérober un vieux grimoire, la super vilaine Amadeus Kitty se retrouve piégée face aux New Masters of Crime, une équipe de criminels bien décidée à mettre la main sur le livre avant elle.

Dans un musée d’histoire naturelle de Los Angeles, l’inauguration d’une exposition est troublée par Amadeus Kitty, venue dérober un ancien grimoire, supposément maudit et magique. L’arrivée des New Masters of Crime n’arrange rien. Eux aussi convoitent le livre, à l’instar de Jack Parks, alias Dead-End. Le musée est bientôt en proie au chaos et Kitty voit ses chances de succès chuter en flèche. A moins que le grimoire ait aussi son mot à dire…

 

 

Mais on en est où bordel?

Pour ceux d’entre vous qui ont suivi la série, l’histoire se déroule chronologiquement avant le Tome 1 (Jack goes to hell) qui était déjà une sorte d’histoire avant l’histoire. La première rencontre entre le “héros” avec de gros guillemets et la voleuse de talents à la perruque Louis 14 style.

Pour ceux qui n’ont pas suivi la série, n’essayez même pas de vous attaquer à ce dernier volume qui ne présente aucun intérêt si vous êtes non initié et dans lequel vous manquerez la plus grande majorité des clins d’œils. Il est IMPÉRATIF d’être à jour, car ici, aucun rattrapage sur qui est qui, comment ils ont leurs pouvoirs, qui sont les acolytes de Dead End,… Le personnage principal est sans aucun doute Amadeus Kitty. Cette préquelle est une origin story qui entre dans les détails de l’enfance du pendant Delcourt de Catwoman

Une nouvelle histoire?

Inutile ici de vous refaire toute l’historique, la bio des auteurs, … Nos rédacteurs vous en ont déjà assez parlé Ici ou encore ici.

Alors, straight to the point, ce nouveau numéro est-il superflu ou apporte-t-il encore de la saveur à la saga?

Après les événements survenus dans le Tome 4,  il était difficile d’imaginer une suite, mais les auteurs, forts du succès de Bad Ass, ont trouvé la parade classique, connue sous le nom de “Stratégie Disney”, autrement dit, la préquelle! Malheureusement, au fur et à mesure, la série a eu tendance à s’essouffler, à recycler les mêmes gags en se reposant de plus en plus sur les très nombreux easter eggs disséminés ça et là.

Dans Kitty Kitty Kill Kill, le héros Dead End est très très peu présent, la force de ce comics est donc de nous offrir une histoire nouvelle en gardant une recette qui fonctionne, humour, baston, mauvais goût et re-humour, cependant, l’histoire semble tirée en longueur et s’embourbe dans des monologues pour remplir les pages.

Le bien et le moins bien.

Le bien, comme précisé plus haut, c’est l’aspect nouvelle histoire, nouveaux protagonistes.

Une petite tentative de fraîcheur qui a le mérite de divertir, de faire sourir et d’amuser le lecteur. Comme toujours, bien écrit, bourré de références pop, un titre qui fleure bon la référence à Russ Meyer et son « Faster, Pussycat! Kill! Kill! » de 1965, des dessins vraiment Bad Ass (houllla, jeu de mots) et de beaux combats. Mais à part ça?

Le moins bien, c’est cette nouvelle vague de personnages, forts en personnalités, mais qui, à l’exception d’une minorité, ne sont pas développés ni correctement introduits. Ce choix est au mieux, un oubli, au pire, une vile stratégie destinée à vendre plus de spin-off dans l’avenir.

D’autre part, bien que fort sympathique, Amadeus Kitty ne tient pas la barre seule, et l’apparition salvatrice de Dead End est ce qui permet de rehausser le niveau, confirmant donc, le manque de pertinence de ce dernier volume.

Manque de pertinence, mais pas inutile pour autant, car encore une fois, une BD assez bien torchée et qui reste de qualité!

Toujours plus!

Malgré les faiblesses récurrentes de la série, Bad Ass reste un must et l’idée d’en voir plus est séduisante, cependant, plus de Dead End oui, plus de personnages secondaires, non.

Il serait amusant et intéressant d’en découvrir d’avantage sur ses débuts comme super héros, ses différentes aventures, mais toujours en le gardant comme personnage principal. On imagine pas une suite à Indiana Jones sur son fils, ce serait décevant… Ha pardon, on m’informe que cette daube existe, au temps pour moi…

En bref, plus de pur Bad Ass.

 

Conclusion en bonne et due forme.

Sympa à lire, cependant, si vous aimez la saga, cet ouvrage n’est pas indispensable et si vous ne connaissez pas encore, on vous recommande chaudement de commencer par le commencement. En vous remerciant, et à la prochaine.

Et en bonus, la bande annonce de la série pour vous donner l’eau à la bouche!

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

[CHRONIQUE VF] BAD ASS - Kitty Kitty Kill Kill
Peut-être le tome de trop, ou tout simplement, le petit frère délaissé de la famille. Kitty Kitty Kill Kill reste un bon divertissement mais qui ne casse pas des briques non plus.
Pertinence
Histoire
Dessins
Univers
On aime
  • L'univers
  • Les dessins
  • Ce bon vieux Dead End
On aime moins
  • Le manque de pertinence
3.2Note Finale
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer