Roche Limit: Dark sides of the moon and of the... men - Comics Prime

Dans Roche Limit, Moreci et Malhotra font leur voyage dans le temps en y apportant un récit fourmillant de mystères abordant la figure de l’humain aujourd’hui dans les méandres de ses mauvaises intentions, de ses addictions, de ses ambitions mais aussi dans sa quête d’identité profonde. La première saison de Roche Limit est complexe tout aussi qu’intrigante.


Roche Limit - Moreci - Malhotra - Tome 1 - CouvertureTitre: Roche Limit
Tome:
1 – Singularité (#1-#5)
Scénario: Michael Moreci
Dessin: Vic Malhotra
Éditeur VO : Image Comics
Éditeur VF : Glénat Comics
Nbre de pages: 160
Prix: 15,95€
Sollicitation : « Notre destinée se trouve dans les étoiles, et je vais nous y conduire ». 20 ans après cette promesse, le rêve d’exploration interstellaire du milliardaire Langford Skaargard s’est évanoui dans le cosmos. En dépit de toutes ses bonnes intentions, Roche Limit, la colonie qu’il a fondée à la lisière d’une mystérieuse source d’énergie, n’a pas vraiment évolué comme il le souhaitait… Elle est devenue une zone de non-droit incontrôlable, un creuset de criminalité où les habitants disparaissent régulièrement. Le jour où Bekkah Hudson est enlevée, sa sœur va tout faire pour la retrouver. Elle n’imagine pas qu’elle va alors plonger dans une odyssée révélant un futur sinistre pour l’humanité tout entière…


Roche Limit - Moreci - Malhotra - Tome 1 - sauvetage

C’est un fait, de tous temps, l’homme a guetté les étoiles, les a observés de loin en près, a voulu s’en emparer, s’en approcher. De nombreux scientifiques ont bien sûr cherché à percé les secrets de l’univers. Si bien qu’aujourd’hui, à chaque fois qu’une nouvelle planète semblable à la Terre apparaît, les terriens et médias du monde entier se pose cette question (légitime tant l’homme prend un malin profit à bousiller sa planète bleue): serait-il possible d’y habiter? Une interrogation restée au point de fantasme jusqu’à maintenant et qui n’a pas encore rattrapé une fiction toujours plus propices et imaginatives à implanter ses trames dans l’espace, sur des planètes X ou Y. Et à l’heure où un David Bowie plus vibrant que jamais chante Is there life on Mars?, Moreci et Malhotra clament qu’il y a de la vie à Roche Limit, mais pas la meilleure qui soit. Exploration.

Roche Limit - Moreci - Malhotra - Tome 1 - Scaphandre

En effet, Roche Limit, c’est une colonie qui n’a plus vraiment beaucoup d’humanité, où des gangs se sont formés ou entre addiction et industries souterraines, la dizaine de milliers de ces vivants paumés dans l’espace n’ont plus que l’espoir de la survie. Roche Limit, c’est un vestige d’ambition, un rêve spatial (il en faut bien un, une fois le rêve américain accompli) qui s’est lamentablement échoué en dépit d’un départ prodigieux. Et, comme si la drogue, les guerres de gangs et la violence des anciens-bagnards (amenés là comme main d’oeuvre pour la construction de ce qui devait être un quartier résidentiel huppé) ne suffisaient pas, voilà que des filles disparaissent mystérieusement. Et notamment Bekkah Hudson, soeur de Sonya, une enquêtrice terrestre qui, si elle ne lésine déjà pas sur les méthodes à employer pour résoudre une affaire sur terre, risque bien de ne pas faire dans le détail. Adjointe d’Alex Ford, chimiste et inventeur d’une drogue révolutionnaire (dont tout le monde veut lui arracher le secret) et devenu par la force des choses, une sorte de baroudeur condamné, Sonya va tenter de faire lumière sur les mystères de Roche Limit. Et peut-être sont-ils bien plus épais qu’on pourrait le croire, à la limite repoussée de l’horreur et du fantastique.

Roche Limit - Moreci - Malhotra - Tome 1 - Vampires

Ne vous attendez pas à voir des vaisseaux spatiaux et des monstres à n’en plus pouvoir, l’univers créé par Michael Moreci (Hoax Hunters) et Vic Malhotra (X-Files), c’est loin d’être Star Wars et on lorgne plus vers un « 28 jours plus tard » sur une planète inconnue. Ici pas de monstres (enfin pas au début, si ce n’est que l’homme qui malgré les années-lumière est toujours un loup pour l’homme… ou un vampire), pas de créatures issues d’une autre dimension, juste des hommes et des femmes peu fréquentables qui tentent de survivre. Dans Roche Limit, les auteurs n’hésitent pas non plus à dispenser un peu de philosophie, celle des rêves maudits, de l’ambition mise à mal, des regrets: quand on pense qu’ailleurs, ça ne peut pas être pire qu’ici et qu’on se rend compte, une fois arrivé à destination, qu’il n’y a pas pire qu’ailleurs. Pas pire que ce Roche Limit, qui avec ses mines, ses pègres et sa violence bestiale n’est qu’une régression, un pas en arrière vers un peu plus de déshumanisation. Entre les mots et les dessins, on ne comprend pas toujours tout de cette histoire complexe où se mélangent âmes humaines arrachées à leur corps et un ultimatum donné par un soleil noir pour réserve une horde de vampires. Entre sacrifices, quête d’identité et un final à la The Thing que ne renierait pas John Carpenter, Roche Limit s’offre un très bon début, fouillé et complexe, lançant de multiples pistes avant un second cycle, en toute clandestinité. Affaire à suivre tout en se disant qu’on n’est quand même bien mieux dans notre salon que membre de cette colonie maudite.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Quelques extraits de ce premier tome:

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer