[CHRONIQUE VF] Batman Metal - Tome 1 - Comics Prime

En faisant un partenariat avec le Hellfest, Urban a directement montré l’importance de Batman Metal. Mon âme de métalleux se doit néanmoins de mener l’enquête. Batman Metal : chef d’œuvre ou coup marketing ?

Résultat de recherche d'images pour "batman metal"Scénario : Scott Snyder, James Tynion IV, Rob Williams, Josh Williamson, Tim Seeley, Ben Percy.
Dessins : Greg Capullo, Jim Lee, Andy Kubert, John Romita Jr, Mirka Andolfo, Paul Pelletier, Stjepan Sejic, Juan Ferreyra
Éditeur : Urban comics
Date de sortie: 25/05/2018.
Pagination : 232 pages
Sollicitation : Enquêtant sur l’existence et les propriétés de différents métaux disséminés à travers la planète depuis des millénaires, Batman découvre un portail ouvrant sur un anti-multivers ; des dimensions parallèles où l’Histoire a déraillé et où des Chevaliers Noirs terrifiants ont supprimé les membres de la Ligue de Justice. Aujourd’hui, ces derniers décident d’envahir notre dimension.

Un event parmi tant d’autres ?

Disons-le clairement, j’ai toujours eu du mal avec les events comics. Trop de personnages, trop de ties-in, trop de tout. Beaucoup de bruit pour pas grand-chose quand on voit la futilité de certaines conséquences. En tout cas sur le long terme.

Etant cependant à une bonne quarantaine d’années du statut de vieil aigri professionnel (et parce que j’ai quand même aimé Civil War, faut pas exagérer non plus), je me lance dans Batman Metal.

Un event mais dans le Batverse ? C’est déjà mieux. Où Snyder s’inspire du run mythique (mais compliqué) de Morrison? Je prends. Qui a un rapport avec les différentes « crisis » de l’univers DC. Aoutch, je sens déjà poindre le mal de crâne.

Mais faisant fi de mes craintes, je me lance dans la lecture de ce comic qui a fait tant de bruit, avant et après sa sortie.

Une trop longue introduction

Une première partie où Carter Hall (Hawkman) a la part belle. Et il a beaucoup de choses à raconter. On tourne les pages sans trop bien voir où tout cela nous mène, presque machinalement. Quelques révélations plus tard, et sans transitions, nous voici dans l’espace.

Car cette première partie n’était en fait qu’une introduction. Lourde, fastidieuse, et peut-être inutile mais soit, commençons donc Batman Metal !

On y retrouve la Justice League version gladiateur aux prises avec des robots. Une situation désespérée pour nos héros qui vont néanmoins s’en sortir en construisant un ersatz de « Megazord ». Attendez quoi ?!

Non restons concentrés. On arrive seulement au début de ce qui nous intéresse. Et puis ça devait juste être un délire entre Snyder et Capullo parce que la page d’après nous montre les membres de la JL rentrés tranquillement sur terre. J’y reviendrais mais nous avons là le vrai problème de l’ouvrage, la narration.

Une montagne vient d’apparaître en plein Gotham. Une chose surprenante qui laisse Batman et ses compères sans voix. Mais n’ayez crainte, tout leur sera expliqué par Kendra Saunders, alias Lady Blackhawk, alias Hawkgirl. La révélation de son identité est vraiment présentée de cette manière. Comme un bon épisode de scooby doo. Mais je divague encore.

Dans le deuxième épisode, Batman va faire son Batman. C’est-à-dire qu’il va prendre le problème à bras le corps en laissant tous ses amis sur la touche (sauf la Batfamily). Mais tout ne se passera pas comme prévu, et « pouf » voilà qu’apparaissent plusieurs Batman maléfiques du multivers noir. Entrainant ainsi la disparition (momentanée sans aucun doute) de notre Batmanounet adoré.

Et c’est tout pour Batman Metal. 2 épisodes sur 232 pages. Le reste de l’album étant dédié aux nombreux ties-in des différents intervenant dans le périple de l’homme chauve-souris. Pour faire court, nous avons la Suicide Squad, les Teen Titans, Green Arrow et Nightwing en prise avec des versions sous stéroïdes magiques de plusieurs vilains de Gotham. Vous l’aurez compris, je suis fort déçu. En voulant nous proposer une expérience complète, Urban en fait peut-être un peu trop. L’introduction bavarde couplée au premier numéro lui aussi trop bavard nous donne une sensation de lourdeur. Et quand l’histoire commence vraiment, elle s’arrête pour laisser place à des histoires parallèles peu passionnantes. La sortie rapprochée du tome 2 (06 juillet) me fera peut-être changer d’avis, mais, mis à part les « Dark Batmen », on ne peut pas vraiment dire que je sois hypé par ce comic.

L’amour du risque

Snyder maintenant. S’inspirer de Morrison, c’est bien. Mais vouloir en faire ? C’est un coup à se casser les dents. Le run en question était lui aussi ultra bavard et dense en informations. On ressortait épuisé mais fasciné par ces intrigues à tiroirs et cette maîtrise incroyable de la « Batmythologie ».

Ici on est plutôt dubitatif, voire ennuyé. L’homme fait preuve de plusieurs maladresses qui nuisent à une narration fluide et cohérente.

Prenons le « Megazord » par exemple. Soit les auteurs nous l’ont montré pour être utilisé plus tard, soit ils se sont juste amusé comme Guillermo Del Toro avec Pacific Rim, soit ils ont utilisé cette scène d’action pour justifier le fait que la Justice League n’ait pas pu stopper l’arrivée de la montagne. Dans les trois cas, c’est une mauvaise raison.

La montagne aurait pu faire un très bon départ à cet épisode. Avec une arrivé soudaine, entrainant destruction dans tout Gotham et laissant la Justice League pantoise. Le chaos visuel qui en aurait découlé aurait été beaucoup plus prenant.

Les dessins quant à eux sont très bons. Capullo est toujours aussi génial. Kubert et Lee font le boulot et Romita Jr ne se loupe que sur quelques cases. Très plaisant de ce côté-là.

Mais ça ne fait pas tout.

[CHRONIQUE VF] Batman Metal - Tome 1
Poussive et ennuyeuse. Voilà comment je pourrais résumer mon expérience de lecture. Pour le choix des épisodes. Pour Snyder qui se perd dans ses différentes intrigues. Pour les bonnes idées sous-exploitées. Mais surtout parce qu’il a oublié l’essentiel, la narration. On peut avoir une bonne histoire, mais à quoi ça sert si on ne sait pas la raconter ?
Scénario
Dessin
On a aimé
  • Les dessins
  • Les « Dark Batmen »
  • Quelques moments surprenants et bien classe
On a moins aimé
  • Bavard voir ennuyeux
  • Seulement 2 épisodes de l’event
  • Une intrigue mal ficelée
2.3Bof
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer