Critique VF : Wonder Woman - Tome 2 : Le fruit de mes entrailles - Comics Prime

Scénario : Brian Azzarello
Dessin : Cliff Chiang, Tony Akins et Kano

Synopsis :WW2
Après avoir appris la vérité sur son ascendance, Diana part à la recherche de Zola, enceinte de Zeus ! Pour la sauver, elle ne devra pas hésiter à affronter les méfaits d’Apollon et Héra et à visiter les Enfers pour y être fiancée à Hadès ! (contient Wonder Woman # 7-12)

Mon avis :
Le premier tome de WW nous avait laissé sur notre faim, avec une Zola enlevée ou plutôt aspirée par Hadès en représailles à la « promesse » que Wonder Woman avait fait au dieu des Enfers.

 Avant le reboot du DC Univers Wonder Woman était devenue un peu « has been » et faisait office de pot de fleur à côté de Batman et Batman (j’ai oublié Superman ?). Toujours est-il, depuis que Monsieur Azzarello a repris les rennes, finie la petite brune avec sa jupe, place à Wonder Woman 2.0 !

Ce volume 2 nous  racontes donc comment l’équipe de Wonder Woman va tenter de sauver la future maman, en introduisant de nouveaux personnages issus de la mythologie grecque et du DC Univers.
La partie la plus intéressante de cet opus, c’est le pacte conclut avec Hadès  et  surtout comment WW va faire pour se sortir de ce mauvais pas…

Brian Azzarello est un scénariste hors paire, sont écriture est intelligente et remplie de nuances, Azzarello sait raconter des histoires sombres, avec des personnages où on sent que la partie psychologique a été travaillé, il réussit aussi à introduire des personnages avec brio, sans qu’on s’en rende vraiment compte et toute son histoire s’imbrique peu à peu sans jamais trop nous perdre.
Ce qui est aussi bien pensé, c’est que notre Amazone préférée fait partis d’une équipe que l’on sent fragile et qui apprend  à se connaître, chaque individu est unique et on a l’impression qu’un moment ça peut déraper, la seule chose finalement qui tient se groupe c’est le lien qu’ils entretiennent avec l’héroïne.
Et que dire de la galerie de vilains, ils sont tous bien barrés, mention spéciale à Éris !

Au niveau du dessin c’est vraiment bon on ne sent pas trop les passage de flambeau (Chiang-Akins-Kano), le dessin est régulier et bien détaillé, la partie dans les enfers est juste magnifique…

Aux USA on arrive à l’épisode 16 , l’écart  avec la VF est donc encore honorable, bravo Urban !

En conclusion : Il n’ya vraiment pas grand chose à reprocher à ce titre, Wonder Woman et l’une des série qu’il faut suivre dans les New 52, c’est frais, c’est sans complexes et c’est surtout une autre lecture des aventures de l’Amazone, plus adulte, moins bimbo décervelée… Merci Monsieur Azzarello !

Du même auteur 100 Bullets chez Urban

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer